L’allongement de la durée de la vie, le progrès des soins médicaux, permettent d’envisager un maintient des personnes souffrantes, âgées ou handicapées à la maison. Pour soulager les soignants et les accompagnants, et donner un confort optimal au patient, il est nécessaire d’équiper son intérieur en conséquence.
En France le retard en terme de prise en charge des équipements à domicile est important, mais les choses s’améliorent et les professionnels de santé sont en mesure de proposer des solutions. Parmi les différents circuits existants, la pharmacie offre certainement le meilleur rapport qualité prix. Malgré une faiblesse apparente des stocks disponibles au sein des officines, les pharmacies vont offrir un large éventail de choix, grâce à un réseau extrêmement dense.
Nous pouvons intervenir à tous les stades de l’équipement de la maison, même pour ce qui est d’aménagements importants, par des conseils gratuits. N’étant jamais intégré dans un réseau commerçant, nous avons une indépendance de choix de fournisseurs, qui nous permet de conseiller nos patients sans contrainte.
Notre proximité, notre réactivité nous permet d’assurer un suivi de qualité avec des intervenants diplômés, compétents dans dans le domaine de la santé.

Au sommaire de ce dossier :

  • La chambre
  • Autour du lit
  • Le bain et les toilettes

La chambre.

C’est souvent le premier endroit à équiper. Les actions de lever et coucher, sont très pénibles pour les handicapés et les personnes âgées. La famille et les soignants sont confrontés à des problèmes de manutention et le confort du malade est particulièrement important autour du lit.

Le lit.

Prescrire un lit médicalisé, est du ressort du médecin. Suivant les critères de handicap, il va déterminer le degré d’invalidité, et évaluer l’apport en terme de qualité de vie que va représenter l’équipement.
Un lit médical peut soit être loué, soit acheté. En cas de location il est complètement pris en charge par la sécurité sociale ( avec éventuellement une part réservée à la mutuelle). Le lit médical est alors fourni à domicile avec barrières et potence. Nous fournissons des lits avec frein centralisé, haute qualité et d’une esthétique étudiée.
En cas d’achat la prise en charge par la sécurité sociale est fixe, donc le montant à charge de l’assuré peut varier dans des proportions relativement importantes. Il faudra bien discuter avec le prescripteur des options utiles, et des éventuelles adjonctions. La sécurité sociale a émis des recommandations pour les prescripteurs, de manière à les guider dans le choix d’un achat ou d’une location. Il faut surtout penser qu’un état de santé évolutif, fera qu’on privilégiera la location, un état stabilisé conduira plutôt vers un achat.
Le lit sera de toute façon constitué de plusieurs parties modulables.lit

  • Le châssis : il sera monté sur des roulettes freinées. La commande de ces freins pourra ou non être centralisée. L’avantage d’une commande centralisée sera déterminant pour une personne alitée une grande partie de la journée, nécessitant beaucoup de soins et dans les pièces qui obligent le déplacement fréquent du lit. Son inconvénient est son coût qui est loin d’être négligeable. Le chassis sera muni d’un système permettant au lit de monter ou descendre. En position haute il sera suffisamment haut pour permettre les soins, sans casser le dos des soignants. En bas il permettra de minimiser les risques en cas de chute, et le lever facile du patient. On note qu’il existe à l’heure actuelle des lits dits « Alzheimer », qui se distinguent par une position sur-baissée. Cette fonction n’est pas reconnue par la sécurité sociale comme utile et ne fait pas l’objet de remboursement. Il faudra donc bien étudier l’opportunité d’investir dans une telle fonction. En général on trouve ces lits en location sans supplément.
  • Le sommier est en général constitué de trois parties qui peuvent bouger les unes par rapport aux autres. On peut ainsi monter le buste, pour lire ou manger. On peut aussi relever les pieds, et éventuellement plier le sommier au niveau des genoux (plicature). En routine les lits sont prévus avec un relève buste électrique, et un relève pieds manuel. Néanmoins on trouve des lits à plicature électrique, et des lits à retournement. Pour un achat il vaut mieux directement prendre un lit avec trois fonction, donc à plicature, car cette fonction est difficile à ajouter par la suite. Il existe de très bons lits avec ces trois fonctions sans supplément.
  • On trouve ensuite les têtes de lits. Il y a un choix de plus en varié de coloris et de matière. Le plus courant (et donc le moins cher) étant le bois, classique. Avec supplément on peut avoir des têtes de lit Louis Philippe ou autre.
  • Les barrières sont fournies en location, et prévues au remboursement à l’achat. En bois ou en métal, elles servent à éviter à un patient de tomber du lit, mais n’ont pas pour fonction d’empêcher un patient de sortir de son lit. Elles doivent être conformes et en bon état.
  • Les accessoires, sont souvent utiles. La potence est fixée sur la tête de lit et permet au patient de se relever dans le lit, elle est fournie systématiquement en location, remboursée dans le cas d’un achat. Il existe un grand nombre de matériels utiles autour du lit, la plupart ne sont pas pris en charge, et on trouve une grande variété de prix. Le choix doit être fait en fonction des qualités utilitaires de l’appareil, et le caractère esthétique est de plus en plus pris en compte par les fabricants. A chacun de choisir suivant son budget et ses préférences.
  • Pour les personnes de forte corpulence, il y a des modèles spéciaux, et un tarif adapté à la sécurité sociale. On peut aussi fournir des lits doubles. Ces lits à deux places pourront être pris en charge, dans le cas ou les deux personnes ont un handicap justifiant la prescription.
Récapitulatif de l’équipement :
Fonction Location Vente
Châssis Hauteur variable électrique Oui Oui
Frein central Possible Supplément
Très basse hauteur Possible Supplément
Sommier Buste relevable électrique Oui Oui
Relève jambes Manuel Manuel
Plicature Possible Possible avec ou sans supplément
Tête de lit Matière Diverses classiques Au choix
Couleur Classiques Au choix
Extensions Forte corpulance Possible Possible
Double Possible Possible
Accessoires Potence Oui Oui
Barrières Oui Oui
Pied à sérum Oui Supplément
Sur mesure Non Possible

A noter que les moteurs utilisés par les grands fabricants sont tous similaires et extrêmement fiables. Si le lit est utilisé dans de bonnes conditions, il n’y a jamais de panne.
On peut trouver des lits très particuliers, pour des personnes ayant des problèmes spécifiques, beaucoup de fabricants ont un atelier de fabrication sur mesures.

Les matelas.

Pour aller avec les lits, il est évident qu’il faut un matelas. La problématique du matelas pour les lits médicaux est analysée par la sécurité sociale et découpée en classes. Les classes sont fonction des risques présentés par la personne de développer des escarres. Plusieurs échelles sont utilisées pour définir les patients à risques et par là déterminer le meilleur matelas, celle de Norton est la plus utilisée.
A l’heure actuelle les matelas sont des assemblages de différentes couches de mousses ou gels, complétés éventuellement de sur ou sous matelas.
En tout état de cause c’est le médecin qui décide quel matelas ou ensemble conviendra à la personne. Chaque matériel à une durée de vie limitée, et doit être changé régulièrement.

  • Les matelas en mousse. Le simple matelas mousse pourra convenir pour les personnes sans risque d’escarre. C’est en fait rarissime dans la pratique, puisqu’en général ces lits sont prescrits à des personnes qui restent longtemps alités sans bouger.
  • Les matelas gaufriers. En mousse dense (37 g/m3 découpée, ils assurent un massage continu. Ils sont adaptés aux personnes à risque faible. Classe 1A.
  • Les matelas de classe 1B ressemblent aux précédents mais possèdent différentes densités de mousse, adaptables aux endroits sensibles.
  • A partir d’un indice de Norton de 14, et 15 heures d’alitement par jour on utilise des matelas composites, avec une base mousse et un sur matelas en gel visco élastique. Il y a un effet mémoire de forme sur ces matelas qui permet un confort maximal et évite les escarres.

Il existe des déclinaisons quasi infinies des différentes techniques, chaque fabricant à ses avantages et ses inconvénients. Tous doivent répondre à des caractéristiques précises pour avoir le remboursement par la sécurité sociale. Ils sont tous fournis avec des housses lavables, et sont homologués non feu.
En général pour assurer une bonne qualité de couchage et des propriétés protectrices vis à vis des escarres, il faut changer les matelas mousse tous les ans et les gels tous les trois ans.
Le problème des sur-matelas à air est plus délicat, leur utilité est controversée; ils nécessitent un compresseur, ne sont pas toujours bien confortables. Pour mémoire on citera les matelas à eau, qui furent utilisés dans le passé, mais sont devenus très rares.

Autour du lit.

Prendre en charge une personne qui a perdu son autonomie, demande une certaine approche. Il faut tenter de faciliter la tache des soignants et de la famille, en améliorant le confort du patient, dans le respect de sa dignité. Certaines solutions qui techniquement pourraient être valable seront écartées pour des considérations de place, de disponibilité ou d’acceptation psychologiques. Il est rarement bon de faire les choses dans la précipitation, et il vaut bien mieux réfléchir avant de se lancer dans un programme. Suivant le cas le premier interlocuteur, qui souvent va demander une aide sera l’auxiliaire de vie, aide soignante, ou infirmière. Ce sont eux qui repéreront le plus efficacement les besoins du patient. Attention à faire le tri dans les demandes qui peuvent parfois être motivées plus par des considérations personnelles de commodité de travail, que de soins.

La table.

Il existe une infinité de modèles de tables de lit, à tous les prix. On privilégiera les aspects fonctionnels. Il faut faire une liste des usages de la table pour le patient, veut-il manger dans son lit, lire, poser un ordinateur, une console de jeu, faire du tricot? La liste n’est pas exhaustive.
Les tables se distingueront par leur stabilité, leur fonctionnalité, notamment leur facilité à se positionner en face du patient, en hauteur et en largeur. Le critère esthétique est maintenant largement pris en compte par la plupart des fabricants.

Le soulève personne.

Bien souvent les personnes n’ont plus la possibilité de se déplacer seules. Il faut donc les transporter, pour aller aux toilettes, au bain ou au fauteuil par exemple. Le choix d’un soulève personne va être crucial. On recense trois grands type d’appareils.

  • Le classique, hamac ou sangle. Il s’agit plus ou moins d’une grue, montée sur roulette, qui permet de manutentionner le patient en position assise, voire allongée. Cette solution souvent adoptée, présente l’avantage de permettre de transporter à peu près n’importe qui, même très handicapé. Le gros défaut de cet appareil est le caractère dégradant de la manipulation, la personne est souvent transportée comme dans un sac. Il est souvent difficile de le faire accepter par les patients jeunes. Il faut bien choisir les sangles, de manière à ce que la personne voyage confortablement, soit assise, soit allongée.souleve
  • Le « verticalisateur ». c’est un appareil qui permet de transporter les gens debout en appuis sur leurs jambes; il faut donc que le patient puisse prendre appuis, sur ses membres inférieurs, les genoux calés sur le devant de l’appareil. Ce système est particulièrement bien adaptés aux personnes plus jeunes, il garde une grande dignité à la personne notamment dans le transport part une tierce personne qui se trouve face au patient et peut donc s’adresser à lui normalement. verti
  • Le portique. C’est la solution ultime pour les cas importants et définitifs. Il permet un transfert très souple, peut s’adapter partout dans la maison. L’investissement est là important en terme d’aménagement, puisqu’il faut souvent repenser les pièces en fonction de l’appareil. Peut développé en France, il est une solution d’avenir, il faut se rapprocher des organismes sociaux au niveau départemental pour étudier les financements.

Le fauteuil.

Souvent les personnes âgées ont un fauteuil, hérité de famille, d’une valeur sentimentale élevée. Il est catastrophique pour l’entourage et les soignants. Il faut songer à le remplacer par un siège adapté. Suivant les handicap et les désirs du patient le choix s’orientera vers différents types de matériel.

  • Le fauteuil coquille. Adaptée à la personne il sera pris en charge par la sécurité sociale, si le médecin le prescrit. Son usage est réservé aux personnes incapable de se maintenir seules en place dans un fauteuil classique. Il est décliné dans un nombre de tailles important qui permet une adaptation fine à la morphologie du patient, et possède un système permettant l’inclinaison. Ainsi la personne peut facilement monter, et descendre (jamais sans aide), et on peut la mettre en position semi allongée pour faciliter la circulation. Ces fauteuils existent en diverses qualités de revêtement, peuvent être complétés avec des coussins anti-escarres.
  • Le fauteuil releveur. Il ressemble à un fauteuil de salon, mais sa particularité réside dans sa capacité à se dresser pour faciliter la sortie de la personne. Une commande électrique permet au patient de provoquer un basculement de l’assise vers l’avant, et ainsi il quitte la position assise pour se trouver debout en douceur. Ces fauteuil existent en une infinité de coloris et de qualité de tissus, on trouve de très bon produits à partir de 600 euros environ, et le prix vers le haut est quasiment sans limite…

releveur

Le bain et les toilettes.

Aller aux toilettes, prendre un bains, ces actes banaux de la vie courante, se transforment rapidement en parcours du combattant pour les personnes ayant perdu tout ou partie de leur autonomie. Pour les soignants, les accompagnants, auxiliaires de vie, famille il faut des matériels adaptés pour permettre l’exécution de ces actes de la vie courante dans la sécurité, le confort et la dignité. Il faut prendre la mesure des aménagements à faire dans la chambre du malade pour arriver à ce résultat.

Le bain.

Bien sur il est préférable que la maison du patient soit équipée d’une douche plutôt que d’une baignoire, que l’accès en soit dégagé, et que rien n’entrave le déplacement de la personne avec ses aides. Malheureusement ce n’est pas souvent le cas. En général il faut faire avec l’équipement existant.

  • La douche. C’est certainement l’endroit le moins contraignant à équiper. En général une chaise de douche, avec ou sans roulette, un siège rehausseur de wc vont suffire à apporter confort et sécurité pour permettre au patient de prendre une douche sans trop de problème. Par contre on peut avoir, suivant le produit choisit avoir quelques problèmes de prise en charge, il faudra donc bien peser le pour et le contre dans le choix de l ‘équipement.
La douche :
Appareil Caractéristiques Handicap Prix Remboursement
Tabouret de douche Très simple Personnes autonomes 29 à 89€ Non
Sièges muraux Fixes Handicap léger 125 à 500€ Non
Chaise de douche Accoudoir et dossier, modèles pliants Personnes qui marchenet 50 à 220€ Non
Chaises mobiles À pousser ou fauteuils roulants Lourds 130 à 1000€ Possible mais faible 102,62€
  • Le bain. Équiper une baignoire est souvent plus difficile. On trouve plusieurs types de sièges de bains, avec des degrés de sophistication qui permettront à chacun de choisir l’appareil adapté. La simple planche sera parfaite pour un handicap léger, on passera au siège tournant avec accoudoir si besoin. Enfin l’équipement plus sophistiqué électrique, de forme évolutive permettra la prise en charge complète d’un handicap lourd. Les budgets varieront de quelques euros à plus d’un millier. On aura toujours à l’esprit de bien protéger la personne contre les risques de glissement notamment.
Le bain :
Appareil Caractéristiques Handicap Prix Remboursement
Planches Simples et amovibles Personnes autonomes 15 à 115€ 102,62€ pour le banc de transfert
Sièges Pivotants ou non Handicap léger 65 à 124€ Non
Élévateurs Électrique sur mesure possible Lourds 400 à 1300€ Non

Différents accessoires sont adaptables sur ces appareils et permettent de les faire correspondre aux différents patients.

Les toilettes.

  • Les chaises percées. Appelées fauteuils garde-robe, montauban, ou chaises pot elle permettent aux patients de faire leurs besoins sans se déplacer jusqu’aux toilettes dans des conditions de confort acceptables. Elles ont l’avantage, surtout pour les personnes agées, d’autoriser une station prolongée, du fait de leur confort. Elles sont utiles pour les incontinences d’impériosité, en diminuant le temps nécessaire pour se rendre aux toilettes. L’inconvénient majeur réside dans leur manque de discrétion. Le remboursement prévu est de 102,62€, ce qui permet de proposer un large choix.
  • Le rehausseurs de toilettes; très utiles en cas d’opération de la hanche, ils permettent en s’adaptant sur la cuvette de la ramener à une hauteur facilitant leur usage. On en trouve une grande variété de modèles, du plus simple au plus sophistiqué avec couvercle et accoudoirs. Leur remboursement n’est pas assuré par la sécurité sociale.
  • Les barres d’appuis sont l’équipement indispensable pour les toilettes, elles permettent à la personne de se relever sans aide, ce qui contribue à préserver l’intimité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>