post

Le prix des médicaments.

Posté le 12 août 2015 dans Actualités par pharmacie

Depuis le premier juillet on a vu dans les pharmacies fleurir ces affichettes expliquant que le prix des médicaments est disponible et qu’un honoraire est appliqué sur certain. Les choses ont donc changé. Plus de vignettes sur les boites, pas d’indication de remboursement, tout se passe par voie informatique. Dans un souci d’information du patient/consommateur le législateur impose aux pharmacies de communiquer sur les prix des produits vendus. En pratique chaque pharmacie doit adopter une politique d’affichage au choix. D’autre part la pharmacie doit mettre à disposition un moyen pour le consommateur de connaître le prix des produits proposés mais masqués à la vue du client. Il s’agit surtout des médicaments sur ordonnance mais non remboursés. Donc suivant le standing de l’officine il est possible d’avoir une borne d’information électronique, ou un simple catalogue tenu à jour.

Comment est construit le prix de vente des médicaments. Les produits non remboursables sont libres. Le pharmacien pratique donc comme tout le monde en appliquant une marge sur le prix d’achat, et en ajoutant la TVA de 10% pour les médicaments non agrées collectivités, et 2.1% pour les autres.

Les médicaments remboursables ont leur prix fixé par le gouvernement. A ce prix s’applique une marge en pourcentage, dite dégressive lissée, un honoraire fixe, et la TVA de 2.1%. La philosophie de la réforme est de remplacer la marge en pourcentage par un mix, pourcentage et honoraire. Ce qui a changé au premier janvier c’est l’apparition de l’honoraire (0.82 €), qui remplace une partie de la marge en pourcentage. Cet honoraire a fait augmenter un peu les produits peu chers (paracétamol par exemple) et diminuer beaucoup les produits très chers (Eyla par exemple). Le but final est de déconnecter la rentabilité du produit par rapport à son prix, que le pharmacien gagne le même argent en choisissant un produit moins cher. C’est le principe utilisé pour développer les génériques qui est utilisé:  Si je fais économiser des sous à la « sécu », cela ne me coûte rien, voire me rapporte un peu. C’est un accord réputé « gagnant-gagnant ». Le phénomène ira en s’amplifiant, avec augmentation de l’honoraire et diminution de la marge.

Exemple: La boite de Efferalgan 1g 8cp en décembre 2014 était facturée 2.02€. En janvier 2015 on la facturait 1.26€ + 0.82€ = 2.08€ soit une augmentation de .06€. Le produit pour la DMLA Eyla facturé 810.12€ en décembre 2014, se retrouve à 807.28€+0.82€ = 808.10€ soit une perte de 2.02€. Attention les variations ne sont pas linéaires, il ne faut pas extrapoler les valeurs intermédiaires à partir de ces chiffres.

Le souci de ce montage, c’est que la prévision sur laquelle il est basé est assez peu fiable, et que les biais (d’un sens comme un autre) sont potentiellement nombreux.

La détermination du prix pivot a été faite pour avantager les petites pharmacies de campagne en théorie, et comme cela risquait d’être insuffisant, ils ont rajouté un honoraire pour les ordonnances dites complexes (plus que 4 lignes).

Il faut que chacune des parties joue le jeu, pour que le système fonctionne sans trop d’effets pervers. Le pharmacien a, par exemple, intérêt à multiplier les boites de faible prix, plutôt que de délivrer des produits chers, cela entraîne des distorsion entre les différents types de patientèle. A noter que les conditionnements trimestriels ont un honoraire triple et que donc il n’y a pas de problème pour eux. A contrario, si la « sécu » impose, ou les fabricants changent le nombre de comprimés dans les boites, l’économie de l’officine peut se trouver compromise. En France par exemple on a une politique de sécurité qui impose un maximum de 8 grammes de paracétamol par boite. Si on change cette réglementation et qu’on fait des boites de 30 ou 90 comprimés de paracétamol, l’équilibre économique de beaucoup de pharmacies serait mis en péril. Bref on a fabriqué une usine à gaz complètement incontrôlable.

Quand la grande distribution nous dit que la pharmacie est une profession figée qui ne veut pas évoluer, ça fait un peu rire jaune.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>